Publié le

Le CV vidéo : un outil qui s'impose pour lutter contre les discriminations

entrretirn

Le Groupe de dialogue inter-partenaires sur la lutte contre les discriminations en entreprise s’est prononcé contre la généralisation du CV anonyme dans son rapport remis au ministre du Travail François Rebsamen le 19 mai.

Rendu obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés par la loi sur l’égalité des chances de 2006, le CV anonyme n’a toutefois jamais été appliqué faute de décret d’application.

Sur la demande du Conseil d’Etat, le gouvernement avait chargé ce groupe, composé de représentants syndicaux, patronaux et associatifs, de se pencher sur la question après la conférence sociale de juillet 2014.

L’équipe facealemploi a pu en discuter avec Catherine Tripon, Directrice RSE-Diversité-Egalité à la Fondation Agir Contre l’Exclusion qui a représenté la Fondation FACE aux réunions du groupe.

Valoriser les différences

« Malgré les cultures et les intérêts parfois divergents, nous étions tous convaincus de la nécessité de trouver des moyens efficaces pour lutter contre les discriminations », nous explique-t-elle. D’après le rapport, les arguments avancés contre la généralisation du CV anonyme insistent sur son faible apport en termes de valorisation de la diversité. Or, le groupe de dialogue s’est exprimé en faveur d’un plus fort engagement des entreprises dans les pratiques de sensibilisation aux phénomènes discriminatoires. L’objectif : faire accepter la diversité dans toutes les composantes de la vie au travail.

Conserver une pluralité de méthodes de recrutement

« Il n’existe pas une solution pour lutter aux discriminations, mais plusieurs ». C’est le point fort qui émerge dans le rapport du groupe de dialogue. Dans ce contexte Catherine Tripon, en lien avec les déclarations du Ministre du Travail, ajoute : « Le CV anonyme est un outil qui vient s’ajouter à d’autres, tel que le CV vidéo proposé par facealemploi ». Dans le rapport plusieurs propositions sont avancées pour aider les entreprises à identifier les meilleures méthodes de « testing » afin d’éviter le risque de discrimination. Parmi les nouveautés, le groupe envisagerait la création d’un « référent égalité des chances » dans les entreprises de plus de 300 salariés pour accompagner les candidats ou les salariés se sentant discriminés.

Le recours collectif : une nouvelle solution ?

« Parmi les propositions du rapport, les « class-actions » ont  fait débat au sein du groupe », continue Catherine Tripon. Ce type d’action permettrait à des associations ou organisations syndicales de demander réparation au nom des victimes de discriminations à l’embauche ou dans l’emploi. Cette action ne serait possible qu’en deuxième recours, en cas d’échec du dialogue social. « Sur ce sujet, qui a été contesté par certains, le projet de loi évoqué par la Ministre de la Justice, Christiane Taubira, pourrait améliorer les négociations ».

Pour retrouver le communiqué de presse de la Fondation FACE, cliquez sur ce lien.

Rejoignez FACE et inscrivez-vous

Que vous soyez candidats, acteurs de l’emploi ou recruteurs. Le réseau FACE répondra à vos besoins en terme de recherche d’emploi et de recrutement.

Vous souhaitez vous inscrire ?
Rechercher une offre
Les dernières offres
  • Carrefour
    Poste
    Employé de Rayon Alimentaire (H/F)
    Contrat
    CDI
  • Carrefour
    Poste
    EMPLOYE COMMERCIAL (H/F)
    Contrat
    CDI
  • Carrefour
    Poste
    Employé de Rayon Alimentaire (H/F)
    Contrat
    CDI